Roc and Bol

Reprenons donc, nous vous avions laissé avec notre expérience de triolisme, aujourd’hui on a fait plus classique. On vous donnera nos temps respectifs ultérieurement mais c’est correct, viril mais correct, entre 4 h et 4h 30. Comme toujours sur le Roc il y a trop de monde et des bouchons partout mais aussi du soleil et cette année des nuages de poussières. Fifi a eu chaud, il a évité tous les pièges du parcours mais s’est fait serrer contre les barrières à 300 m de la ligne d’arrivée à plus de 30 km/h. Bel Otb et jolie frayeur, il aurait pu se faire bien mal. David a croisé Stéphane qui était rincé après avoir enchaîné les épreuves depuis 3 à 4 jours. J’en suis ravi, on pourra dire à nos femmes, maîtresses, poupées gonflables… que  les pompiers ne sont pas des surhommes ; elles nous gonflent toutes avec ces mecs !!! De mon côté je n’avais pas de jambes, je l’ai senti dès le départ. La faute à la préparation à base de bière et pizzas ? Peut être. A mon absence de préparation certainement aussi. J’ai roulé au métier en serrant les dents pour boucler l’affaire en 4.13, bouchons inclus.
Dans le train du retour, David et Fifi voyagent dans une autre rame, le spleen du retour monte immanquablement.
Vivement les prochaines parties de pédale !

Al1, velo ivre