Mon EPIC !

Salut les KOYOTES

Voici le CR de mon Épic

Après une organisation rondement menée par une partie des K, Nous arrivons le vendredi 8, jour de notre départ pour Olargues. 3 koyotes (david, olive et thibs) partent de Paris avec 2 bikes accrochés derrière la voiture.
Moi j’avais pris le bike de thibs quelques jours avant pour le charger dans le camping-car.

Comme une place était vacante dans le camping-car, que j’éprouvais des difficultés à trouver une assurance tout risque et que je me voyais pas remonter l’engin seul, J’ai décidé de demander à mon père de venir faire le chauffeur et l’assistance pour nous durant ce week-end.

Sur la route nous nous rejoignons avec les K sur l’aire de repos des volcans d’Auvergne près de Clermont-Ferrand. Petite présentation des K à mon père et visite rapide du camping-car.

Arrivée sur place en fin de soirée  (je me rappelle plus de l’heure ). Nous nous faisons une petite pizza dans le kiosque où l’année dernière nous mangions pendant que les finishers nous passaient devant .

Puis petite mise en place pour la nuit dans le camping-car.
Et quelle nuit! Putain il y a toujours un ronfleur dans la bande. Manque de chance c’est mon père, qui est juste à côté de moi les boules quies n’y peuvent rien, le bruit et les vibrations sont trop fortes. La nuit fût courte !

Petit déjeuner de champion. Puis nous décidons d’aller rouler. Olive est chaud patate pour nous faire faire la Sp9. Manque de bol, olive + GPS = bah on s’ est perdu ! 15km sur la voie verte avec 30 D+ super. Finalement nous trouvons le chemin de la liaison mais thibs et moi décidons de rentrer vu l’heure tardive (12h) et pas l’envie de se cramer pour demain. Olive et David se lancent dans la liaison. Avec thibs, nous parions sur l’heure de retour des 2 gazziers au campement (15h30).

Pour nous c’est apéritif et plat de carbonara (préparé par mes soins) avec mon père. Avec thibs direction le contrôle administratif et marquage du bike. Dans la longue queue d’attente nous discutons avec d’autres riders. Finalement l’attente est plutôt courte, l’orga est mieux rodée pour la 3ème édition de cette épreuve. Vérification des listings pour connaître notre vague de départ. Thibs, David et Olive sont en vague 2, moi en vague 1 ( normal j’étais au taquet sur l’inscription ).

À 15h toujours pas de nouvelle de David et Olive. On commence à s’inquiéter! Quand tout à coup Olive m’appelle. Ils sont au milieu de la Sp9 mais à l’arrêt, David a le coeur un peu trop haut dans les tours . Mais Olive est rassurant au téléphone.
Finalement ils arrivent 1h plus tard, tout heureux de leur périple.

David et Olive partent au contrôle administratif après nous avoir tout raconté de leur visite de la Sp9 et de l’OTB monumental d’un hollandais sur celle-ci. Résultat le mec sûrement out pour l’épreuve.

Préparation des bikes ( plaque de carte, loupiote, etc…) puis rangement des 4 bikes dans la soute du camping-car. Et comme par hasard mon bike est au fond alors que je suis le premier à partir

Apéritif puis re plat de pâtes ;) (toujours préparées par mes soins, les K aiment se faire servir ). Nous déterminons ensemble l’heure du réveil, et là c’est le drame lol. Je souhaite me lever plus tôt que les autres, connaissant la ponctualité légendaire des K, heureusement que Max n’est pas là  (avec ses 2 réveils) pour finalement pas se lever .

Allez hop au dodo!
Mon père ronfle comme un avion de guerre, fred à côté c’est du petit level!
Le réveil sonne, la nuit a été courte entre les ronflements et mon stress.
je sonne la charge et motive à fond les K pour les speeder à fond.
Petit déjeuner vite mangé et hop sur le bike.
Mes potes m’encouragent à fond

Sur la grille je suis bien positionné dans les 200 premiers je pense.
Le Dj motive les troupes avant le départ, nous sommes filmés de toute part ( même un drone dessus de nos têtes) et fumigènes de partout.

Boom départ !!!!!

Les mecs partent comme des balles comme d’ab, bouchons et excitations.
Finalement on roule ;) Puis quand cela commence à grimper un bouchon se forme, un mec avec son 4×4 volvo au milieu du chemin ( putain tu fais chier fifi ).
Tout les riders passent à gauche et à droite du véhicule.
J’impose un bon rythme sans me cramer (même avec ma toux) , histoire de ne pas avoir les bouchons au départ de la Sp1 comme l’année dernière. Je remonte pas mal de riders, j’aperçois la tête de la course qui n’est pas si loin que ça .
Seulement 2 ou 3 avions de chasse me passe.
Pratiquement en haut de la liaison, on aperçois les premiers riders sur la Sp1 et le bruit qu’ils font en rentrant dans les arbres lol, ah il y a un virage serré dès le début ;)

Me voilà devant le sas de départ et miracle aucun bouchon!
Le staff nous gueule dessus gentiment pour que l’on s’élance dans la Sp pour ne pas créer de bouchon.
Cette année il y a 2 sas de départ, voilà pourquoi il n’y a pas de bouchon, le débit des riders est plus rapide.

Le temps de mettre le casque intégral, le bike en mode DH, la loupiote à fond et c’est partie!!!!
La Sp se passe plutôt bien à un beau rythme. Un top rider me passe, je comprends très vite qu’il est d’un autre monde ( extrêmement rapide, fluide, il survole les obstacles ).
Je fais une petite erreur sans conséquence qui casse ma vitesse. 2 mecs me passent, je leur suce la roue et vois que les mecs sont venu limer le terrain avant. Ils connaissent le moindre virage!
Cela me fait un bon lièvre pour bien finir la Sp1.

Une fois en bas les premiers top pilotes en VAE sont déjà là (golay et sa bande) ! C’est fou ils sont partis 30 min après moi en vague 2!

La liaison vers la Sp2 est plutôt charmante, car je suis en compagnie d’une jolie top rideuse du team Scott ( Nadine Sapin)
Son vélo est sympa ( mais pas en orange fluo ) mais elle est encore plus jolie!
Je fais un peu le lièvre et la lanterne ambulante pour elle.
Pour le portage elle me propose de passer devant, mais je suis galant et la vision flatteuse de son short me motive bien .

Arrivé au sas de la sp2 je me pose, histoire de reprendre mes esprits.
Je pars au taquet! 200 mètres après le début de la spéciale ma loupiote s’éteint , pas moyen de la rallumer!
J’arrive à voir où je mets les roues c’est le principal. Un photographe professionnel sur la spéciale est tout content de voir un concurrent sans lumière ( mais j’ai  pas fait exprès ).
Sur la fin de la spéciale je n’ai pas réussi à passer un passage technique sur le bike ( épingle à gauche qui casse la vitesse puis passage technique où il faut de la vitesse ).
Puis un mec cri pour passer, je m’exécute   en me mettant sur la gauche. En me passant dans un passage technique il se prend un méchant OTB, le santacruz fini 5 mètres plus bas.
Moi je commence à souffrir de crampe aux isquios et quadriceps, aie j’ai mal .

Liaison sp3, je baisse significativement le rythme pour contrôler les crampes.
je m’attends à voir Olive arriver sur moi, il est chaud bouillant depuis la veille pour me rattraper.

Arrivé pour la Sp3, je n’oublie pas que l’année dernière elle m’avait coûté une tige de selle telescopique.
Avec le cintre en 780, les arbres vont être très proches !!!!
J’engage un peu moins fort sur l’avant car elle est en sous bois et composée principalement de terre.
Cela se passe plutôt bien

En fin de la boucle 1 (sp1, 2 et 3) il faut vider la balise au stand avant d’attaquer le boucle suivante. Arrivé dans les bas d’Olargues je me plante dans le fléchage.
je vois des riders passer à un croisement plus haut, je suis.
Après 15-20 min de montée, j’aperçois les panneaux indiquant que nous sommes sur la liaison sp4!
Merde qu’elle con j’ai quoi dans la tête ! Grosse panique. Demi-tour à fond sur Olargues….
Tout les autres me regardent avec de gros yeux ( il fait quoi ce con).

J’arrive au stand vide la balise, puis je passe au camping-car comme prévu  ( déposer la lampe et recharger en nourriture ).
Et qui je vois? Olive tout content de m’avoir retrouvé, moi je suis beaucoup moins content. Pas de le voir, mais de la situation.
Mon père se pose des questions et ne comprend plus rien .

Avec Olive nous partons sur la liaison Sp4 pour de bon cette fois-ci.
Olive est au taquet, il veut rouler. Moi j’ai un coups de mou donc je gère la montée. Olive est un mec génial, il reste avec moi et me motive.
Nous comparons nos temps pendant la montée sur les 3 premières spéciales.
Nous constatons que j’ai été plus rapide sur les spéciales de la boucle 1 (de 1m35s).
Olive veut sa revanche lol. Je lui ai dit que le Strive est un missile en descente.

La montée vers la Sp4 est terrible, elle casse les bonhommes et le moral. Du portage, du poussage, des cailloux et du dénivelé sur important.
Je sens que je m’effondre physiquement, plus rien dans les jambes, le moral dans les chaussettes.
Olive me motive, pendant nos petites pauses il me donne des sandwichs fabriqués par ses soins.

Après une très très longue liaison avec Olive nous nous restaurons au soleil à l’abri du vent froid.
je vide le contenu de mon sac (barre, gel, etc…).

C’est partie!
Pour continuer de mettre la pression à Olive je passe devant, je mets du rythme, double des mecs.
Je ne sens pas Olive à mes fesses, yes!
A taper dans les jambes, mes crampes sont de retours ( MAIS NON!).
Ni une ni deux, le bougre d’Olive est à mes fesses. Il passe, je lui enboite le pas.
Dans une épingle à droite avec de petites marches il se colle un OTB de fou.
Je m’arrête et évite de lui rouler dessus ( J’aurai peut-être dû ), et m’inquiète de son état. Tout est OK.
On repart mais je n’y arrive plus, je crampais comme un fou.
Je ne vois plus Olive, je cogite et fais des erreurs.
Dans une épingle à gauche je bute sur un obstacle, je suis déséquilibré. J’essaye de me rattraper debout, quand ma cheville droite lâche. Je sens un gros craquement ( « Putain c’est cassé » ). Je reste à terre, un traileur qui remontait la Sp4 en courant relève mon bike qui est dans la trajectoire.
J’arrive à me relever et à repartir. Je repars avec mes vieux démons, je regarde ma roue avant au lieu de regarder au loin. Les obstacles me sautent à la tronche, je souffre!
En fin de spéciale dans une  pauvre série de marche, je bloque ma roue avant sur un cailloux hors trajectoire, et BIM OTB!

PUTAIN !!!!!!

Fin de spéciale olive m’attendait, il était inquiet de pas me voir arriver.
Nous passons la porte horaire avec 40 min d’avance.

La liaison vers le Sp5 est une torture ;( rien de bien difficile mais j’ai plus de jus du tout. Olive me motive à fond, mais je craque mentalement. je retiens mes larmes car je sais que mon année  d’entraînement est foutue, je ne finirai pas c’est sur! Je ne suis plus très lucide dans les descentes et prends des risques inconsidérés.
Le portage pour arriver au sas de départ m’achève….
Je dis à Olive de partir car pour moi c’est fini :(
je ferai en mode tranquille sp5 et sp6 (urbaine) pour être Épic d’argent.
Olive part, je lui souhaite bon courage.

J’attends que tout les riders partent du sas pour être tranquille lors de la descente.
Je pars avec l’amortisseur arrière bloqué et le bike en position XC, la tête n’y est plus.
La Sp5 est très difficile même en état.
Un mélange de passage technique, de coup de cul et de portage ( et oui du portage en spéciale )
Pour moi c’est 0 risque. je descends du vélo  (putain cela devenait très rare depuis le Strive).

Arrivé sur la fin de Sp5 je prends la liaison pour retourner sur Olargues pour faire la Sp6.
Un mec hors délai de la PH2 est venu chercher son pote partis en vague 2 pour lui faire passer la porte horaire après la sp6.
J’en profite et je donne même la main pour que le mec passe. Donc c’est en mode routard suceur de roue que nous menons ce train d’enfer.

La Sp6 je me fais plaisir car elle ne dure que 2 min lol
En tant qu’ancien pistard en moto, je fais tout les virages en travers. Le public apprécie ;) moi aussi .

Retour au camping-car pour retrouver les copains ( david et thibs ) et mon père.

Merci à thibs pour les soins de cheville.

Merci à tout les copains pour les bons moments passés et à mon père.

Petite dédicace à Olive pour son soutien de tout instant. Un mec en OR!

Pour 2017 prévoir de vendredi à lundi en congé car les retours le dimanche au soir sont dangereux ! Hein les mecs?

Rudy

Ps: ma cheville va mieux, mais je dois la renforcer car cela fait déjà un moment que j’ai une faiblesse à ce niveau. Et oui j’ai des faiblesses ;)